Espérance de vie du chat

Sommaire

La longévité de nos animaux de compagnie augmente petit à petit, grâce aux soins plus adaptés que nous leur apportons. Passons en revue les éléments qui ont une influence sur l'espérance de vie des chats.

Espérance de vie des chats : quelques chiffres

On remarque une différence de longévité entre les chats vivant à l'état sauvage, les chats domestiques qui ont accès à l'extérieur et ceux qui vivent en intérieur.

  • Les chats sauvages de nos régions, appelés « chats forestiers », ont une espérance de vie comprise entre 10 et 12 ans, certains peuvent vivre au maximum 15 ans, mais nombreux sont ceux qui n'atteignent pas les 10 années de vie.
  • Les chats domestiques ont en moyenne une longévité de 15 ans, leur espérance de vie s'est rallongée jusqu'à 20 ans ces dernières années.
  • Les chats domestiques ayant accès à l'extérieur ont une durée de vie plus courte en général, avoisinant les 10 ans, alors que les chats d'intérieur battent des records de longévité. Le célèbre Creme Puff a ainsi vécu jusqu'à 38 ans aux États-Unis.

À noter : les chats de race korat sont réputés pour leur longévité.

Quoi qu'il en soit, on connaît tous des chats de gouttière ayant vécu jusqu'à une vingtaine d'années sans problème, et a contrario il peut arriver que des chats d'intérieur vivent moins de 15 ans.

Facteurs jouant sur l'espérance de vie des chats

Certains éléments vont avoir des effets positifs et favoriser l'allongement de la durée de vie des chats alors que d'autres peuvent l'écourter plus ou moins brutalement.

Facteurs extérieurs

Les chats sauvages, bien qu'ils fassent partie des espèces protégées, font malheureusement les frais du piégeage et de la chasse. Il arrive que leurs nichées soient détruites au moment des coupes de bois en forêt. Ils ont aussi les mêmes problématiques que nos chats domestiques d'extérieur. Voici les principales :

  • la circulation routière : c'est la cause la plus courante de décès précoce des chats ;
  • l'ingestion accidentelle de poison ou l'intoxication alimentaire ;
  • le risque de se retrouver enfermé quelque part sans pouvoir en sortir.

Maladies

Tous les chats courent le risque de contracter une maladie, même les chats d'intérieur pourtant plus protégés. Citons-en quelques-unes :

  • les maladies infectieuses comme le coryza ou le typhus ;
  • les cancers ;
  • les problèmes aux reins, comme l'insuffisance rénale chronique ou les calculs rénaux ;
  • le diabète sucré ;
  • les maladies des chats âgés telles que l'arthrose ou les problèmes cardiaques.

Bon à savoir : un chat d'appartement peut contracter une maladie infectieuse si nous rapportons le germe sur nos habits ou sous nos chaussures.

Soins quotidiens et suivi de santé

L'espérance de vie des chats s'est allongée de façon significative ces dernières années, principalement grâce à une meilleure qualité de vie et aux bons soins apportés par leurs propriétaires :

  • La stérilisation a un gros impact sur la durée de vie d'un chat, car un chat stérilisé a un territoire moins grand qu'un chat entier, il se bat moins et a moins de risques de contracter des maladies contagieuses.
  • La vaccination permet de protéger efficacement les chats d'une contamination.
  • L'alimentation joue aussi un rôle important : par exemple, on peut protéger un mâle castré du développement de calculs rénaux en lui apportant une alimentation spécialisée de qualité.
  • Les traitements antiparasitaires aident à combattre les infestations par les puces ou par les vers digestifs.
  • Enfin, un suivi vétérinaire régulier permet de faire le point sur l'état de santé du chat et offre une prévention très intéressante contre les maladies, qui peuvent s'installer sans qu'on les détecte.

Exemple : si une insuffisance rénale est repérée assez tôt, on peut mettre en place rapidement un traitement et une alimentation adaptés, ce qui aura pour effet d'allonger sensiblement la durée de vie du chat.

Signes de fin de vie chez le chat

Lorsque l'on partage le quotidien d'un chat âgé, on peut apprendre à reconnaître certains symptômes qui annoncent la fin de sa vie…

  • Il peut avoir tendance à dormir beaucoup plus que d'habitude, ou au contraire à avoir du mal à bien dormir, à cause de douleurs.
  • Sa faim va se modifier, il aura moins d'appétit ou deviendra plus difficile à contenter.
  • Il peut sembler perdu par moments et va changer ses habitudes (sa toilette, ses endroits de couchage).
  • Il peut se replier sur lui-même comme s'il voulait se cacher du regard.
  • S'il a des douleurs, il peut avoir des accès d'irritabilité.
  • Il peut avoir une respiration moins régulière et moins aisée.

Bon à savoir : pour adoucir la fin de vie de son animal de compagnie, il faut veiller en priorité à son confort en lui installant des couchages moelleux et aisément accessibles, en lui proposant de la nourriture facile à mâcher et appétissante. Vous envelopperez son petit monde de douceur et cela vous aidera vous aussi à vous préparer pour les adieux…

Pour approfondir votre lecture :

Ces pros peuvent vous aider