Mon chat ne boit pas

Sommaire

Protéines, lipides, fibres, vitamines, minéraux et eau : voilà la liste des nutriments essentiels à la vie. L’apport en eau de nos animaux doit être surveillé par les propriétaires, car un chat qui boit trop, ou qui ne boit pas assez, ce n’est pas normal. Que faire si votre chat ne boit pas ?

Mon chat ne boit pas : l’alimentation du chat

L’alimentation des chats féraux (ceux qui vivent à l’état sauvage) est composée de multiples petites proies, avalées entières. Les oiseaux, souris et autres petits mammifères sont composés de 80 % d’eau environ. Naturellement, le chat va donc peu boire puisque son apport hydrique se fait grâce au taux d’humidité de sa nourriture.

Bien que domestiqués depuis plusieurs milliers d’années, nos chats « de maison » ont peu modifié leur comportement. Ils ont tendance à boire peu. Pourtant, leur alimentation est radicalement différente de celles de leurs cousins féraux. Les chats sont nourris avec une alimentation sèche, des croquettes, dont le taux d’humidité ne dépasse pas 20 %. Les pâtées en boîtes, sachets fraîcheur et bouchées en sauce sont nettement plus riche en eau, avec un taux d’humidité d’environ 80 %. Un chat nourri avec une alimentation humide aura donc beaucoup moins tendance à boire qu’un de ses congénères nourri aux croquettes.

Bon à savoir : on considère qu’un chat boit entre 20 et 50 mL par kilo, selon son poids, et par jour. Cela varie en fonction de la température et de l’alimentation reçue.

Mon chat ne boit pas : quels sont les risques ?

L’urine des chats est très concentrée ; la densité urinaire dépasse souvent 1,05 (contre 1,03 pour les chiens). Elle est donc propice à la formation de cristaux urinaires.

En effet, le principe est le même que celui des marais salants : plus la concentration de l’eau de mer augmente avec l’évaporation, plus les cristaux de sel se forment en surface, jusqu’à pouvoir être récoltés. Pour notre matou, plus son urine va être concentrée, plus le risque de formation de cristaux, voire de calculs, sera important. Malheureusement, ces cristaux et calculs sont à l’origine de troubles urinaires qui peuvent être très graves pour l’animal.

Depuis une vingtaine d’années, on observe notamment une augmentation de la prévalence des calculs du haut appareil urinaire (reins + uretères). Il est certain que les outils diagnostics ont progressé, et que les vétérinaires identifient mieux ces affections. Mais, certains pensent que la généralisation de l’alimentation sèche a peut-être un rôle à jouer, notamment parce que le chat est un animal qui a tendance à boire peu.

Lire l'article

Mon chat ne boit pas : comment stimuler sa prise de boisson ?

Par l’alimentation

Il est possible de varier son alimentation, en proposant à la fois des croquettes et des aliments humides, qui permettront d’augmenter la part d’humidité de la ration. Cependant, les études ont montré que la part de nourriture d’humide doit être d’au moins 50 % de la ration, sinon les variations de la densité urinaire du chat ne sont pas significatives.

Certains aliments thérapeutiques sont conçus pour stimuler la prise de boisson du chat. Ce sont ces aliments qui sont prescrits lors de troubles urinaires récidivants (cystite idiopathique, calculs urinaires…). En effet, une urine « diluée » sera moins propice à la formation d’une sablose (agglomérat de cristaux) qui irrite la paroi de la vessie et entraîne une cystite.

Par le comportement

Les propriétaires de chats le savent, ce sont des animaux exigeants ! Ainsi, certains chats refusent de boire dans une gamelle en plastique. Il faudra alors privilégier des gamelles en verre ou en porcelaine. Idéalement, la gamelle d’eau doit être éloignée de la gamelle de nourriture et bien sûr, l’eau doit être changée tous les jours.

Ce que les chats apprécient tout particulièrement, c’est l’eau « ludique » : l’eau qui coule au robinet, l’eau des pots de fleur, l’eau de pluie dans les flaques… Un excellent moyen de stimuler la prise de boisson du chat est donc d’investir dans une fontaine à eau. En effet, l’eau en mouvement, qui fait un peu de bruit, va beaucoup plus l’attirer que dans sa gamelle.

Si vous avez le moindre doute sur la prise de boisson de votre chat, parlez-en à votre vétérinaire qui pourra réaliser une analyse d’urines et vous conseiller si une anomalie est détectée.

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider