Chat malade

Sommaire

Pour de nombreux propriétaires, un chat malade est un chat qui présente des comportements inhabituels accompagnés de symptômes cliniques. Mais le chat, en tant que proie, sait cacher ses faiblesses dans une logique de survie. Or, certaines maladies métaboliques sont silencieuses. Lorsque les signes apparaissent, il faut réagir vite, car le mal est vite installé.

Chat malade : observations des changements comportementaux

Si un chat habituellement en bonne santé change subitement de comportement et présente des symptômes cliniques, enfermez-le et isolez-le afin de le surveiller. Observez-le manger, boire, dormir, éliminer, marcher et bouger, interagir.

Voici les changements comportementaux d'un chat souffrant :

  • Un état léthargique :
    • Le chat dort davantage (peut-être dans des endroits inhabituels : plus calmes et sombres).
    • Le chat sort moins.
    • Le chat ne sollicite plus d'interactions, refuse les caresses, joue moins.
  • Perte d'appétit : le chat mange moins ou est devenu plus exigeant. Il refuse sa ration habituelle mais acceptant d'autres formes d'aliment.
  • Augmentation de l'appétit :
    • Le chat mange davantage et prend du poids (signes d'obésité).
    • Le chat mange davantage mais perd du poids (signes d'insuffisance rénale chronique ou d'hyperthyroidisme).
    • Le chat est boulimique.
  • Le chat est agité : il miaule, tourne en rond, se gratte ou se toilette de façon obsessive.
  • Le chat est craintif et agressif : une lésion douloureuse est à craindre.
  • Le chat présente des troubles neurologiques : perte d'équilibre, démarche hésitante, se cogne, est pris de tremblements.

Chat malade : identification des symptômes

Étudier les comportements du chat

Pour détecter les symptômes d'une maladie et préparer une éventuelle visite chez le vétérinaire, munissez-vous d'un carnet et notez les changements comportementaux et signes cliniques observés (avec les dates et les mesures que vous aurez relevées).

Voici les comportements que vous pouvez tester :

  • Tenez le chat enfermé au moins 48 heures dans une pièce tranquille, puis :
    • Disposez une litière propre de type silice. Grâce aux changements de coloration des granules, on révèle si le chat à des urines normales.
    • Ou mettez en place une alèse dans le fond de la litière et étalez une fine couche de litière de couleur blanche, non agglomérante.
    • Enfin, observez la couleur et l'odeur des urines mais aussi des excréments : y a-t-il des signes de constipation, diarrhée, présence de boules de poils, de sang ?
  • A l'aide d'un récipient gradué, mesurez la quantité d'eau donnée, et ainsi ingurgitée par le chat. Ne remplissez pas la coupelle d'eau. Ajoutez-en au fur et à mesure.
  • Faites de même avec sa nourriture : laissez un bol à disposition mais avec une portion connue de façon à déterminer la quantité absorbée.
  • Prenez un peigne à dents serrées (et non une brosse) et peignez le chat de façon à voir si vous trouvez des traces de parasites. Examinez son pelage : est-il terne, sec ou bien gras avec des pellicules ?
  • Pesez régulièrement votre chat et vérifiez l'évolution de son poids. Attention, il existe des variations saisonnières : en hiver, le chat qui sort prend entre 500 et 1 500 grammes, qu'il perd naturellement en été.
  • Examinez les oreilles et les dents : sont-elles saines, sentent-elles mauvais ?
  • Vérifiez les yeux du chat : sont-ils renfoncés et secs, recouverts par la troisième paupière latérale, purulents ?
  • Enfin, prenez la température du chat avec un thermomètre rectal : la température normale est de 38,5°C.

Note : pourquoi tenir un journal de bord de la santé du chat ? Parce que les événements anodins qui se répètent peuvent déclencher des maladies ou être des conséquences d'une maladie silencieuse. Nos notes aident le vétérinaire à faire des diagnostics différentiels.

Quels sont les symptômes légers ?

On peut observer chez le chat malade des symptômes légers :

  • Les boules de poils régurgitées ou éliminées dans les excréments, la présence de vers dans les selles, la présence de puces sur le pelage. Si ce cas se présente, il faut probablement déparasiter le chat et prendre soin de sa fourrure. Voici le mode opératoire :
    • Brossez-le pendant la période de mue tous les jours et plusieurs fois par jour.
    • Aidez-le à régurgiter avec de l'herbe à chat (celles à purger).
    • Nettoyez quotidiennement les gamelles du chat.
    • Ne laissez pas de nourriture en libre service s'il fait chaud ou si d'autres chats du quartier viennent se servir.
    • Fermez bien les paquets de croquettes entamés et vérifiez les dates de péremption.
    • Nettoyez la litière à chaque fois que vous la changez. Si votre chat a des parasites, vous devez la changer tous les 3 jours et jeter les excréments tous les jours (ne pas les composter). 

 

  • Vomissements et diarrhée sans autres symptômes. Le chat a peut-être mangé quelques chose d'inhabituel ou une proie. Suivez alors le mode opératoire suivant :
    • Mettez le chat à jeun 24 heures (si le chat n'est pas obèse ou particulièrement faible et maigre)
    • Laissez-lui de l'eau.
    • Surveillez-le régulièrement.

 

  • Boiterie. Elle peut-être le signe de douleurs causée par l'arthrose ou une myopathie mais aussi plus simplement d'une chute ou d'une morsure d'animaux. Si vous observez ce cas, voici les actions à réaliser :
    • Examinez le membre à la recherche de blessures ou morsures :
      • S'il est indemne, levez le chat pour l'obliger à se tenir debout sur le membre.
      • S'il ne pose pas la patte, il y a un risque de fracture.
    • Enfermez le chat dans une pièce aérée, vérifier sa température et maintenez-la à 38,5°C.
    • Mettez-le à jeun mais laissez-lui de l'eau que vous disposerez à côté de son panier à terre. Surveillez-le régulièrement.
    • Si après 24 heures, cela ne va pas mieux, appelez le vétérinaire pour une visite.
    • S'il y a une trace de morsure, lavez la plaie et désinfectez-la.
    • Si votre chat souffre d'une maladie qui affaiblit son système immunitaire (virale), consultez de suite le vétérinaire.

Urgences vétérinaires : les symptômes à ne pas ignorer

Les symptômes listés ci-dessous sont graves, d'autant plus s'ils se cumulent :

  • Vomissements, diarrhées et fièvre.
  • Déshydratation : le chat a perdu trop de liquide, a les yeux renfoncés, la bouche sèche, la peau du dos qui ne revient pas immédiatement en position collée sur le dos lorsqu'elle vient pincée et soulevée.
  • Blocage d’émission d'urines et/ ou d'excréments.
  • Difficultés respiratoires, toux.
  • Troubles neurologiques (tremblements, perte d'équilibre, incoordinations des mouvements).
  • Anorexie.

Ce sont les signes que l'on retrouve en cas :

  • d'intoxication  alimentaire ou d'empoisonnement ;
  • des maladies métaboliques telles que l'hypothyroïdisme, l’insuffisance rénale, le diabète, l'ictère (avec leur complications : urémie, acidocétose, lipidose hépatique) ;
  • de méningite, tumeur cérébral, problèmes cardiaques, maladies du système urinaire, des myopathies, des maladies virales.

Ces pros peuvent vous aider