Cancer chez le chat

Sommaire

Le cancer chez le chat, comme chez tous les mammifères, s’explique par la multiplication des cellules anarchiques qui se répandent dans l’organisme en métastases. L’évolution d’une cellule normale en cellule cancéreuse fait intervenir différents facteurs (génétiques, environnementaux, infectieux ou hormonaux).

Quels sont les symptômes du cancer chez le chat ?

Les symptômes de cancer chez le chat sont presque aussi variés qu'il existe de formes de tumeurs malignes. Un certain nombre de signes cliniques peuvent néanmoins vous alerter : la perte chronique d’appétit, un amaigrissement marqué, la présence d'une fièvre persistante ou d'une grosseur évolutive.

Certains cancers provoquent des symptômes spécifiques. Ainsi, les cancers digestifs chez le chat déclenchent des vomissements et/ou des diarrhées chroniques. Un chat atteint d'un cancer osseux développera des claudications, tandis que les cancers cutanés ou sous-cutanés se manifestent par la présence des plaies et d’ulcères qui ne cicatrisent pas.

Diagnostic du cancer chez le chat

La mise en évidence d’un cancer chez le chat passe par différents types d’examens. Le diagnostic est établi par analyses cytologiques et/ou histologiques à partir d’une ponction à l’aiguille fine, d’une biopsie ou de l'ablation de la tumeur elle-même. En fonction du type de cancer détecté, des examens complémentaires peuvent être proposés au propriétaire pour s'assurer que d'autres organes ne sont pas atteints. De nombreuses cliniques vétérinaires proposent un bilan d’extension avec des équipements spécialisés comme des radiographies, des échographies, des dopplers ou des scanners.

Quels sont les principaux cancers chez le chat ?

30 % des cancers chez le chat sont le fait de lymphome. Celui-ci touche les cellules dites lymphoïdes qui se rencontrent dans de très nombreux organes et tissus du corps : les nœuds lymphatiques (communément appelés « ganglions »), la rate, le foie, la moelle osseuse, le rein, la peau, les poumons ou encore le système nerveux.

Il existe différentes formes de lymphomes en fonction des organes atteints. Le lymphome médiastinal (situé entre les poumons et proche du cœur) est le plus courant. Autre forme également fréquente : le lymphome digestif abdominal qui touche l’appareil digestif.

À noter : d'autres formes, moins fréquentes, de lymphomes peuvent toucher les reins ou la colonne vertébrale. Les lymphomes multicentriques touchent, eux, plusieurs organes et tissus.

Cancer chez le chat : les causes d’apparition d’un lymphome

Les tumeurs et cancers chez le chat sont des maladies plurifactorielles, c'est-à-dire qu'on ne peut pas identifier une seule cause d’apparition, mais de multiples facteurs comme l'environnement, l'alimentation, la génétique... Le virus leucémogène félin (ou virus de la leucose), plus connu sous le nom de "sida des chats", joue un rôle important dans l'apparition de cancer de type lymphome, de cancer de la moelle osseuse, de cancer du sang (leucémie) et de cancer du rein. En France, on estime de 5 à 10% la population des chats porteurs du virus de la leucose.

Bon à savoir : le virus leucémogène félin est contagieux uniquement entre chats (par morsure ou voie sexuelle). Ce virus rend le chat immunodéficient, l'animal devient alors sensible aux maladies opportunistes qui n'endommageraient pas ou peu un organisme sain.

Traitement du cancer chez le chat

Le traitement du cancer chez le chat n’a cessé de progresser ces dernières années. Un dépistage précoce permet de mieux soigner l'animal et d'éviter un diagnostic sombre. Une bonne observation du chat et une visite chez un vétérinaire dès que son état s’aggrave permettent de connaître précisément son état de santé.

En cas de suspicion d'un cancer chez votre chat, une visite chez un vétérinaire s’impose. La médecine vétérinaire propose aux propriétaires de chats des actes chirurgicaux pour éliminer les cellules cancéreuses, mais aussi de la chimiothérapie (administration par voie orale ou veineuse de médicaments) ou de la radiothérapie (élimination locale de cellules cancéreuses) pour compléter le traitement. De quoi soulager, soigner, voire guérir votre petit félin.

À noter : tous ces protocoles médicaux, parce qu'ils sont lourds et peuvent entraîner des effets secondaires, doivent être réfléchis avec le vétérinaire pour permettre à l'animal de mieux supporter sa maladie et, si possible, de le sauver.

Ces pros peuvent vous aider