Diabète du chat

Sommaire

Le diabète est une pathologie commune aux humains et aux chats. Celui qui touche les chats est très majoritairement un diabète de type sucré. Faisons le point sur cette affection et sur les moyens à mettre en place pour permettre à un chat diabétique de vivre bien.

Chat diabétique : causes et symptômes

Le diabète félin a été repéré assez aisément car il ressemble beaucoup au diabète humain de type 2. Il toucherait 0,2 % de la population féline domestique (1 chat sur 500).

À quoi est dû le diabète félin ?

En temps normal, les sucres extraits de l'alimentation (le glucose) sont redistribués aux cellules grâce à l'insuline (une hormone secrétée par le pancréas). Lorsque le pancréas se met à dysfonctionner ou que les cellules répondent mal à l'insuline qu'il produit, un déséquilibre se met en place.

On parle de diabète sucré car le système sanguin du chat se retrouve avec un taux de sucre trop élevé ; les reins qui font fonction de filtres du corps ne peuvent plus traiter correctement ce déséquilibre.

À noter : Les chats les plus touchés par le diabète sucré sont les chats âgés, ceux qui sont en surpoids, ceux qui manquent d'activité et ceux qui ont une alimentation trop sucrée.

Quels sont les symptômes du diabète sucré du chat ?

Les symptômes du diabète sucré chez le chat sont assez comparables à ceux du diabète humain :

  • une augmentation de la soif (la polydipsie) expliquée par le fait que le chat a besoin de boire beaucoup pour tenter de diluer cet excès de glucose ;
  • une augmentation des urines (la polyurie), directement liée à l'augmentation de la prise de boisson ;
  • une augmentation de l'appétit (la polyphagie) mais avec perte de poids, car l'organisme épuise ses réserves à cause de la mauvaise répartition du glucose ;
  • un abattement général et un poil terne.

Bon à savoir : il existe un autre type de diabète félin, beaucoup plus rare et lié au mauvais fonctionnement de la glande hypophyse (ce qui provoque un dérèglement hormonal), on l'appelle le diabète insipide.

Les traitements à apporter au chat diabétique

Lorsqu'on repère un ou plusieurs des symptômes cités plus haut, il faut aller consulter sans tarder.

Le vétérinaire fera un examen général poussé et des prélèvements (analyse de sang et analyse d'urine) pour écarter une éventuelle autre pathologie et révéler le taux de sucre dans l'organisme du chat (glycémie).

S'il s'avère que le chat est effectivement diabétique, le vétérinaire le gardera en hospitalisation au moins une journée pour doser précisément le traitement à mettre en place.

L'équilibre du diabète se joue sur deux points cruciaux : une alimentation adaptée ; un apport extérieur en insuline.

Une alimentation spécifique

L'alimentation du chat diabétique doit être faible en sucres et en mauvaises graisses, et avoir un taux de protéines digestes élevé.

  • Certains propriétaires préparent eux-mêmes les rations de leur chat. Dans ce cas, il est impératif de définir la recette en partenariat avec le vétérinaire traitant.
  • On peut aussi nourrir son chat avec les aliments vétérinaires spécialisés, sous forme de croquettes ou de pâtée.

Un apport d'insuline

Il existe quelques cas où un régime alimentaire très strict suffit à réguler le diabète, mais dans la majorité des situations, il faut faire des injections d'insuline.

  • Les injections d'insuline se font grâce à de petites seringues à aiguille fine, en piqûre sous-cutanée (sous la peau). Le vétérinaire apprend aux propriétaires comment piquer, le coup de main n'est pas trop dur à prendre.
  • Il faut être très régulier au niveau des horaires d'injections. On fera en général deux piqûres par jour. Les horaires des repas et des injections étant liés, le vétérinaire aide les propriétaires à établir un planning.

Bon à savoir : chez le chat, la glycémie moyenne se situe entre 0,6 et 1,1 grammes par litre de sang, et on parle d'hyperglycémie lorsque ce taux dépasse les 2,2g/L.

Les complications du diabète félin

Si le diabète n'est pas détecté à temps ou soigné correctement, des complications vont se déclarer, handicapant lourdement le chat et pouvant même aller jusqu'au décès.

La déshydratation

C'est une complication courante ! En effet, le chat a besoin de boire beaucoup plus mais il urine aussi beaucoup plus, d'où le risque de déshydratation. Il ne faut jamais restreindre un chat qui demande à boire plus, en revanche il faut prendre rapidement rendez-vous pour une consultation.

Les cystites

Les chats diabétiques ont plus de risques de faire des infections urinaires (les cystites) car les urines sont chargées en sucre et ils urinent plus souvent, ce qui crée une irritation et favorise les infections.

La plantigradie

Il arrive que les chats atteints de diabète se mettent à avoir une démarche particulière, car leur arrière-train ne les soutient plus correctement. Au lieu de marcher seulement sur le bout des doigts, ils s'affaissent sur les pattes arrières (on parle de plantigradie).

L'acidocétose diabétique

La complication la plus dangereuse est l'acidocétose diabétique. L'organisme du chat puise tellement dans ses réserves pour palier au manque d'insuline qu'il génère des acides. Le chat va avoir des vomissements, tomber dans le coma et pourra en mourir.

L'acidocétose peut survenir :

  • lorsque le diabète n'est pas détecté à temps ;
  • si l'insuline est mal dosée ;
  • si elle n'agit pas correctement (en cas d'obésité par exemple).

L'acidocétose diabétique est une urgence absolue, le chat doit être hospitalisé et placé sous perfusion le plus rapidement possible.

Bon à savoir : un chat diabétique doit avoir un suivi santé très régulier en plus du régime strict et des injections d'insuline (les dosages seront vérifiés et recalculés au besoin tout au long de sa vie). Bien que le traitement soit assez contraignant pour le chat et ses propriétaires, il peut lui garantir une vie aussi longue et presque aussi agréable qu'un chat non-diabétique.

Ces pros peuvent vous aider