Éternuement du chat

Sommaire

Les chats sont comme nous, ils peuvent éternuer quand quelque chose leur chatouille le nez. En termes médicaux, on dit que les éternuements sont un symptôme révélateur d'une atteinte des voies respiratoires supérieures. Ils peuvent s'accompagner d'un jetage (écoulement nasal) ou non. Dans la plupart des cas, l'éternuement du chat accompagne le coryza, le « rhume des chats » mais il existe plusieurs autres causes que nous allons évoquer par la suite.

Physiologie de l'éternuement du chat

L'éternuement est un acte réflexe, qui correspond à l'expulsion violente et brutale de l'air contenu dans les poumons.

Chez le chat, l'air sort exclusivement par les narines. L'éternuement permet de protéger l'organisme en expulsant les éventuelles poussières potentiellement délétères pour l'appareil respiratoire profond (bronches, bronchioles et poumons). En cela, il se rapproche du réflexe de la toux.

L'éternuement conduit à une sortie d'air violente. Cet air est chargé de micro-gouttelettes, contenant elles-mêmes d'éventuels micro-organismes pathogènes. Le corps se défend en envoyant les microbes loin de ses poumons ; mais ce faisant, il disperse dans l'environnement des germes contaminants. 

Par exemple : un chat qui éternue peut contaminer ses congénères en leur envoyant des particules virales. Chez l'homme, des chercheurs ont montré que les micro-gouttelettes dispersées lors des éternuements atteignent parfois 7 mètres ! Ces particules sont invisibles à l'œil nu.

Symptômes de l'éternuement du chat

Les maladies de l'appareil respiratoire supérieur (narines, cavités nasales, sinus, gueule, pharynx et larynx) peuvent toutes se manifester par des éternuements et un écoulement nasal (jetage). En effet, le mucus produit par les cavités nasales est un corps étranger qui va provoquer le réflexe d'éternuement. C'est d'autant plus vrai que les chats ne peuvent pas se moucher !

Certains animaux peuvent aussi se mettre à ronfler – signe que les cavités nasales sont obstruées par quelque chose – ou avoir la voix qui change – signe d'une inflammation du pharynx où se situent les cordes vocales.

Lire l'article

Enfin, il convient de savoir si le chat éternue de façon épisodique ou si les crises d'éternuements semblent ne jamais vouloir s'arrêter.

Lorsque vous entendez votre chat éternuer, tentez de voir s'il y a du jetage et surtout à quoi il ressemble ; ces informations seront très utiles à votre vétérinaire.

On distingue différents types de jetage :

  • uni ou bilatéral, c'est-à-dire qui concerne une ou deux narines ; en général, une maladie infectieuse provoque un jetage bilatéral, et une maladie inflammatoire (ou tumorale), un jetage unilatéral ;
  • séreux (clair) ou muqueux, voire purulent (verdâtre, malodorant) ;
  • avec du sang (épistaxis).

Enfin, dans de rares cas, les éternuements s'accompagnent d'une déformation de la face. Dans ce cas, il est possible qu'une tumeur, ou un abcès dentaire, exerce une pression très forte sur les os des sinus, au point de les déformer.

Bon à savoir : dans le cas du syndrome coryza, qui reste la cause la plus fréquente d'éternuement du chat, les virus responsables peuvent également provoquer des signes oculaires (conjonctivites, écoulements oculaires voire herpès) et des signes buccaux (gingivite, stomatite, ulcères de la gueule...).

Causes de l'éternuement du chat

L'observation des éternuements et du jetage peut déjà donner une indication précise sur la cause de la maladie responsable. On peut distinguer deux grands types de causes possibles.

Causes infectieuses

Nous l'avons vu, les causes infectieuses restent les causes les plus fréquentes d'éternuements. 

Des virus (calicivirus, herpès-virus félin), des bactéries (Bordetella bronchiseptica, chalmydophila felis) voire des champignons (Aspergillus, Cryptococcus sp) peuvent contaminer le chat et le rendre malade.

Causes inflammatoires

Toute inflammation des voies nasales déclenche un éternuement réflexe. Le chat peut donc éternuer en présence d'un produit irritant (aérosol dispersé dans la maison, poussières dans l'air pendant des travaux, etc.). 

Des tumeurs peuvent également se développer dans les cavités nasales, telles que :

  • Des polypes : masses bénignes qui sont retrouvées chez les jeunes chats adultes. La gêne mécanique va provoquer des éternuements, des ronflements voire des difficultés respiratoires. Ces tumeurs sont de bon pronostic car le chat guérit après le retrait chirurgical.
  • Des tumeurs malignes (lymphome, carcinome épidermoïde...) qui sont malheureusement de mauvais pronostic car ces tumeurs sont malignes et vont donc métastaser.

Enfin, il n'est pas si rare que le chat éternue suite à l'introduction d'un corps étranger végétal dans ses narines, par exemple un brin d'herbe ! Dans ce cas, les éternuements apparaissent brutalement juste après une sortie de l'animal et durent jusqu'à ce que le corps étranger soit expulsé, le plus souvent naturellement à force d'éternuer.

Diagnostic de l'éternuement du chat

Devant un chat qui éternue, si le vétérinaire suspecte une cause inhabituelle, il peut proposer des examens complémentaires :

  • un écouvillonnage : on prélève les écoulements ou les cellules nasales et on les envoie au laboratoire pour rechercher des pathogènes.
  • une rhinoscopie : on introduit une petite caméra dans les cavités nasales afin de pouvoir visualiser l'intérieur, faire des biopsies voire retirer un corps étranger.
  • une radiographie de la tête, ou beaucoup plus précis, un scanner.

Que faire si votre chat éternue ? 

Si votre chat éternue une fois ou deux, ou que vous savez qu'il est porteur d'un coryza chronique, il n'y a pas lieu de vous alarmer. 

Par contre, si vous observez un écoulement nasal important, que votre animal a des difficultés à s'alimenter ou à respirer, il faut l'emmener rapidement chez un vétérinaire qui fera les examens nécessaires pour trouver ce qu'il a.

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider