Boules de poils chez le chat

Sommaire

Faire sa toilette est une action très importante dans le quotidien d'un chat, et l'ingestion de poils au cours du léchage est normale. Cependant, il peut arriver que des boules de poils stagnent dans le système digestif du chat.

Explications.

Toilette du chat et boules de poils

Les chats peuvent passer jusqu'à 30 % de leur temps quotidien à faire leur toilette. Or, la langue des chats est particulière : elle est râpeuse, ses papilles sont cornées. L'action du léchage grâce à cette petite brosse humide a plusieurs avantages :

  • se nettoyer, enlever les poils morts, les petites croûtes et les parasites s'il y en a ;
  • se rafraîchir (c'est la thermorégulation) ;
  • se détendre et se rassurer.

Le chat avale donc des poils au cours du léchage, et ceux-ci sont évacués par les voies naturelles. En général, ils se retrouvent dans les crottes, mais il arrive aussi qu'ils s'accumulent et stagnent plus ou moins longtemps dans le système digestif.

Bon à savoir : en période de mue (printemps et automne), le chat peut avaler jusqu'à 100 mg de poils par kilo !

À noter : les boules de poils n'ont en réalité pas la forme d'une boule mais plutôt l'apparence d'un cigare ou d'une crotte de chat.

Boules de poils : chats les plus exposés

Plusieurs causes peuvent entraîner l'accumulation de poils dans l'estomac ou dans le système digestif :

  • En toute logique, les chats à poils longs ont plus de problèmes de boules de poils.
  • Les chats d'intérieur ont moins d’activité que ceux qui vont dehors et passent donc plus de temps à se toiletter.
  • L'âge joue aussi un rôle : les chats âgés ont un transit plus lent et les poils peuvent donc avoir du mal à s'évacuer.
  • La présence de parasites comme les puces et une peau en mauvais état poussent le chat à se toiletter plus souvent et à ingurgiter plus de poils morts.
  • Enfin, un chat stressé va avoir tendance à se lécher beaucoup plus pour essayer de calmer ses angoisses.

Bon à savoir : à l'état sauvage, les félins n'ont pas de problèmes de boules de poils, car leur activité et leur alimentation permettent une évacuation normale des poils avalés.

Boules de poils avalés par les chats : quels risques ?

Lorsque les poils avalés durant l'entretien du pelage s'accumulent dans l'estomac sans être évacués par les selles, on parle de « trichobézoard ». Le chat va vouloir les régurgiter. Plusieurs symptômes peuvent être observés :

  • Votre chat peut avoir une toux sèche, qui correspond à une irritation de l’œsophage.
  • Il lui arrive d'émettre un miaulement particulier.
  • Il a des spasmes qui entraînent la régurgitation des poils entremêlés.

À l'inverse, lorsque les poils vont en direction de l'intestin, ils peuvent avoir pour conséquence d'autres complications :

  • Le chat peut avoir une alternance de diarrhée et de constipation.
  • Il aura moins faim.
  • Il peut être abattu, prostré.

Bon à savoir : attention à l'occlusion intestinale ! Elle arrive lorsque les poils ne peuvent plus du tout s'évacuer et bloquent totalement le transit.

Solutions à la formation de boules de poils dangereuses pour les chats

Diverses solutions s'offrent à vous si vous repérez que votre chat est régulièrement gêné par des boules de poils.

  • Un brossage régulier (voire quotidien pour les chats à poils longs comme le persan), avec une brosse adaptée, permet d'éliminer une bonne partie des poils morts. Vous pouvez aussi caresser votre chat avec un gant de toilette humide, s'il apprécie cela.
  • L'alimentation, pour favoriser le transit, doit contenir suffisamment de fibres. Elle peut être aussi enrichie en oméga-3. Il existe des aliments spécialement étudiés, leur action anti-boules de poils est précisée sur l'emballage.
  • L'apport d'humidité a aussi son importance, il faut veiller à ce que votre chat puisse boire de l'eau en quantité suffisante.
  • Si votre chat sort, il va manger de l'herbe pour aider les poils à transiter. Pour un chat d'intérieur, vous pouvez facilement faire pousser de l'herbe à chat traditionnelle (de tendres pousses de graminées).

Si aucune de ces solutions ne fonctionne et que le chat développe une pathologie (occlusion intestinale, vomissements vains si l'amas de poils dans l’estomac est trop gros), il faut consulter votre vétérinaire, qui pourra vous prescrire un traitement adapté.

Bon à savoir : dans le cas extrême de l'occlusion intestinale, il n'y a parfois plus d'autre choix que d'opérer le chat, alors ne tardez pas à réagir si vous observez qu'un problème de boules de poils s'installe.

Si vous souhaitez compléter votre lecture :

Ces pros peuvent vous aider