Chat obèse

Sommaire

L'obésité est une surcharge pondérale de plus de 20 % par rapport au poids optimal du chat : elle se caractérise par une accumulation de graisse dans la région ventrale et de l'aine. Elle a des effets négatifs sur la santé du chat et sa qualité de vie. Elle résulte d'une consommation excessive de calories par rapport à la dépense énergétique du chat (ses activités).

Comment savoir si votre chat est en danger et comment y remédier ? Réponses dans notre article.

Chat obèse : quels sont les facteurs de risques ?

Facteurs individuels

Le risque peut être lié à des facteurs individuels comme :

  • le sexe et l’âge : l'obésité frappe plus les mâles âgés de 5 à 11 ans ;
  • le statut hormonal : les chats stérilisés et les chattes prenant de la progestérone comme contraceptif ;
  • la race : deux études révèlent que les chats croisés ont environ deux fois plus de chances d’être obèses que les chats de race pure et les chats européens ont un risque accru ;
  • le comportement alimentaire : problème de satiété avec une alimentation ad libitum (croquettes à volonté), gourmandise (quémande et vol), boulimie ;
  • chat souffrant de douleurs réduisant ses déplacements et activités ;
  • la prise de corticoïdes ;
  • maladies : obésité, problème thyroïdien, tumeurs, lésions au système nerveux ;
  • chat cherchant uniquement les interactions avec les humains (caresses, proximité physique).

Facteurs environnementaux

Ils incluent le lieu et le mode de vie :

  • chat vivant en appartement ou confiné dans une maison sans accès à l'extérieur ;
  • chat non soumis à des variations de températures lors du changement de saison ;
  • erreurs alimentaires : le propriétaire ne lit pas les quantités recommandées par le fabricant, ne calcule pas la ration calorique en tenant compte des extras, ration ménagère non équilibrée ; des aliments formulés spécifiquement pour la prévention des affections du bas appareil urinaire, riches en matières grasses, ce qui favorise l'obésité.
  • chat vivant avec des personnes peu actives.

Bon à savoir : d'après une étude, les propriétaires de chats obèses sont plus souvent des femmes seules.

Conséquences de l'obésité sur la santé d'un chat

Si le poids du chat dépasse de 30 % son poids optimal, le surpoids diminue l'espérance de vie de 2 ans, et favorise l'apparition de pathologies ou les aggrave. Pour citer les plus communes :

  • diabète sucré ;
  • dermatoses ;
  • affections de la cavité buccale ;
  • cancer ;
  • affections du tractus urinaires ;
  • lipidose hépatique.

Le surpoids est aussi un handicap qui affecte le quotidien du chat :

  • Il a du mal à se toiletter et son poil devient gras, sa peau squameuse.
  • L'animal est conscient de ses difficultés et faiblesses : il rechigne à sortir à l'extérieur et prendre des risques en grimpant.
  • De fait, sa grosseur abdominale peut l'exposer à des situations périlleuses : il peut rester bloquer dans une clôture, des trous, une chatière.
  • Ses vibrisses ne sont plus de bons calculateurs de distances lorsque l'embonpoint est installé.

L’obésité, c'est « un chat qui se mange la queue » : en effet le manque de dépenses énergétiques entraîne une surcharge pondérale qui ralentit ou handicap le chat dans ses activités quotidiennes et cet inconfort augmente à son tour l'inactivité du chat. Il faut d'abord mettre l'accent sur la réduction de la prise alimentaire.

Chat obèse : comment le faire maigrir ?

Chez le chat, c'est la quantité d'aliments absorbés et non la qualité qui met fin au repas. C'est bien la distension gastrique qui donne la sensation de satiété. Le chat consommera la même quantité de croquettes normales ou « light » si elles ont la même appétence, indépendamment de leur apport calorique (densité énergétique).

Adopter des aliments hypocaloriques

Il est donc plus facile de faire maigrir un chat en adoptant un aliment hypocalorique « light » ou pour « chats stérilisés » plutôt que de réduire la quantité de l'aliment normalement consommé. Le manque de distension gastrique peut donner une sensation de faim à l'animal et de ce fait entraîner des comportements indésirables comme les vocalisations, le vol d'aliment, de l'agressivité. Ces désagréments peuvent mettre en péril la coopération du propriétaire qui cède alors aux demandes de l'animal.

Ajouter de l'eau

La distension gastrique peut s'obtenir en ajoutant de l'eau à une ration humide, ce qui augmente le volume ingéré. L'eau a un autre intérêt car elle diminue l'ingestion de calories, elle dilue l'énergie même si le régime est riche en matières grasses. Chez un chat obèse qui n'aime pas boire, il est intéressant de passer progressivement d'une alimentation sèche à une alimentation humide.

Ne pas inventer de régime

Face à l’obésité du chat, le propriétaire ne doit pas inventer un régime en cherchant des conseils sur le net : mettre le chat au régime sec, en diminuant sa ration est souvent contre-productif, et dangereux pour sa santé. L'obésité est une maladie et la privation brutale de nourriture peut provoquer des problèmes hépatiques comme la lipidose.

Consulter un vétérinaire

Un propriétaire soucieux de la santé de son chat obèse doit consulter un vétérinaire :

  • qui fera un bilan, éliminera les causes pathologiques ou les traitera ;
  • qui vous donnera le régime à suivre, vous conseillera des aliments adaptés et vous donnera des échantillons, mais à vous de lui expliquer les préférences alimentaires de votre chat.

C'est surtout le rythme de la perte de poids qui ne peut être brutale. Il faut vous y préparer, la perte de poids chez le chat est lente : si le chat a une surcharge pondérale de plus de 25 %, il faut en général un an pour obtenir des améliorations sur sa santé et son aspect.

Changement du style de vie d'un chat obèse

Augmenter son intérêt pour son environnement en l'enrichissant 

Pour ce faire, vous devez :

  • Trouver des activités et des défis qui stimuleront d'abord l'activité mentale, le raisonnement, la stratégie : il sera alors plus proactif. Gardez à l'esprit que le chat est un chasseur et un patrouilleur, motivez ses instincts. 
  • Susciter la curiosité du chat et le pousser à inspecter son environnement, en particulier chez les chats d'appartement. Ces changements peuvent induire un stress qui peut être salutaire (s'il ne dure pas et si le chat a des possibilités de replis). Les petits stress stimulent le métabolisme. C'est plus efficace que de chercher à faire jouer un chat paresseux peu motivé.

Par exemple, demandez à des amis qui possèdent d'autres animaux de vous rendre visite ou leur offrir de les garder s'ils partent en week-end ou vacances :

  • Un autre chat, un chien ou un furet fera battre son cœur et le stimulera à trouver des stratégies pour s'approcher ou s'échapper, pour se cacher ou interagir.
  • Lorsque les animaux seront rentrés chez eux, il est probable que le chat cherchera où ils sont passés. Il se peut aussi que les animaux s'entendent et qu'ils se tiennent compagnie de temps à autre.
  • Il ne faut pas acheter des animaux pour lui tenir compagnie mais lui offrir du changement, rien de permanent.

Réduire la dépendance affective de votre chat 

Pour réduire sa dépendance affective, vous pouvez suivre nos conseils :

  • Ne pas récompenser ses demandes d'affection en lui offrant des friandises. Il est indispensable que le propriétaire comprenne quand et pourquoi il donne des snacks et autres friandises à son chat. Il est bon de noter dans un cahier ce qui déclenche le comportement nourricier.
  • Les caresses poussent parfois le chat à manger plus car il sait que ça fait plaisir au propriétaire. Le chat sait qu'il recevra de l'attention s'il mange. À la place, essayez de l'intéresser à vos activités ( bricolage, jardinage, art floral…) ou jouer avec lui.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider