Calicivirose chez le chat

Sommaire

Les calicivirus félins sont des virus très répandus au sein de la population féline et touchent les voies respiratoires supérieures des chats. L'éventail des symptômes provoqués par la calicivirose chez le chat est large. Cette infection participe à ce qu'on appelle le « syndrome coryza », avec le virus de la rhinotrachéite féline ou la bactérie Bordetella bronchiseptica.

Qu'est-ce que le calicivirus ?

Le calicivirus félin (FCV) est un virus à répartition mondiale. Il y a un seul virus FCV connu, mais celui-ci peut muter ; on peut donc observer des souches de virulence variable. 

À noter : la virulence représente le pouvoir pathogène d'un micro-organisme, c'est-à-dire celui de rendre malade son hôte. Ainsi, certaines souches faiblement virulentes ne provoquent pas ou peu de symptômes chez les chats infectés ; d'autres, dites hyper-virulentes, sont beaucoup plus graves et peuvent conduire à la mort de l'animal. Fort heureusement, les épidémies de calicivirus hyper-virulent sont très rares. 

Comme pour l'herpès-virus félin, il existe un portage chronique du calicivirus félin. Le virus parvient à persister au sein de l'organisme du chat, qui ne montre alors pas de symptômes. Mais, ce virus pourra être réactivé et rendre à nouveau le chat malade.

Symptômes de la calicivirose chez le chat

L'intensité des symptômes dépend de la virulence de la souche virale, mais aussi du chat atteint. 

Un chat au système immunitaire moins performant (jeune chaton, femelle gestante, chat atteint d'une autre maladie...) pourra présenter des symptômes plus marqués qu'un jeune chat adulte en bonne santé. 

Les symptômes les plus fréquemment rencontrés sont les suivants :

  • des signes d'une atteinte du système respiratoire supérieur, conjonctivite et rhinite, ou, dans de rares cas, des signes de pneumonie (toux) ;
  • des ulcères de la langue ou de la gueule ;
  • une gingivite chronique ;
  • une boiterie (« Limping disease »), beaucoup plus rarement.

Bon à savoir : lors d'un épisode de calicivirose hyper-virulente, les chats malades présentent un œdème de la face, des membres et des coussinets, avec l'apparition de croûtes. Dans ce cas, plusieurs chats sont atteints en même temps et la mortalité est élevée.

Lire l'article

Transmission de la calicivirose chez le chat

Le calicivirus est contagieux. La transmission du calicivirus peut se faire :

  • Par contact direct avec un chat malade, ou un chat porteur du virus de façon asymptomatique. Le virus est présent dans les sécrétions nasales et oculaires du chat et peut aussi se transmettre lors des éternuements.
  • Par contact indirect, lors de la contamination de l'environnement par un chat malade : cage, litières, gamelles ou vêtements du propriétaire...

Bon à savoir : le calicivirus peut se transmettre lors d'un contact bref avec un objet contaminé. On recommande donc de vacciner tous les chats, y compris ceux qui ne sortent pas puisqu'il est malheureusement possible de rapporter le virus chez soi si l'on rencontre un chat malade.

Diagnostic de la calicivirose chez le chat

Comme souvent, le diagnostic repose d'abord sur l'examen clinique détaillé du chat. Le vétérinaire recherche également certains facteurs de risque qui pourraient expliquer l'infection : chaton, chat non vacciné ou chat provenant d'un refuge.

Afin d'avoir la certitude que c'est bien le calicivirus qui est responsable des symptômes, le vétérinaire peut prélever un échantillon de sécrétions oculaires ou nasales à l'aide d'un écouvillon stérile, qui est ensuite envoyé au laboratoire pour analyse. Le laboratoire réalise une PCR qui permet de mettre en évidence l'ADN du virus incriminé.

Traitement de la calicivirose chez le chat

La première chose à faire est d'isoler les chats malades car le virus est contagieux. Rappelez-vous que vous pouvez transmettre ce virus par vos vêtements ! Si vous devez vous occuper d'un chat malade, changez-vous (ou portez une tenue de protection) pour ne pas contaminer d'autres chats.

Malheureusement, on ne dispose pas de traitement antiviral efficace. Le vétérinaire prescrit donc un traitement symptomatique pour soulager le chat (pommade ophtalmique, inhalations...) voire des antibiotiques, si le chat a un risque de développer une maladie bactérienne secondairement à l'infection virale. Dans la grande majorité des cas, les symptômes disparaissent sans traitement en quelques jours.

Vaccination de la calicivirose chez le chat

Le vaccin contre le calicivirus est un vaccin dit essentiel chez le chat. Il est recommandé de vacciner tous les chats, y compris ceux qui ne sortent pas. 

Il s'agit du vaccin « typhus/coryza » que vous propose le vétérinaire et qui protège votre animal contre le virus de la panleucopénie féline, celui de la rhinotrachéite féline et le calicivirus.

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider