Bagarre entre chats, que faire ?

Sommaire

Les bagarres entre chats sont de véritables combats, violents et bruyants. Les chats peuvent en sortir avec des blessures qui nécessitent une visite chez le vétérinaire. Il n'est cependant pas facile d'intervenir surtout lorsqu'elles se répètent ou qu'elles ont lieu à l'extérieur. Voici que faire en cas de bagarre entre chats.

1. Différenciez le jeu de la véritable bagarre

Il n’est parfois pas si simple de faire la différence entre jeu et agressivité. Il existe quelques signes qui ne trompent pourtant pas.

Le jeu

Avant de vous inquiéter, assurez-vous que les chats se battent véritablement et qu'il ne s'agit pas de jeu. Les chatons passent beaucoup de temps à se battre. Cela fait partie de leur apprentissage.

Même si ces bagarres sont impressionnantes, elles sont sans risque et généralement pas ou peu bruyantes. Les chatons font semblant de mordre et ne se servent pas de leurs griffes.

Si, par hasard, l'un fait mal à l'autre, un petit cri poussé par la victime suffit à calmer son compagnon de jeu.

L'agressivité

Il en est tout autrement de chats qui se battent. Les bagarres débutent par de longues minutes d'observation et d'intimidation durant lesquelles les deux animaux s'observent. Ces moments deviennent alors très bruyants car ils sont accompagnés de miaulements et de crachements.

La bataille peut s'arrêter là si le plus faible se retire, mais elle peut dégénérer en véritable corps à corps. Les deux chats essaient alors de se mordre autour de la nuque, s'agrippant violemment l'un à l'autre.

Ce combat s'arrête brutalement, suivi par une nouvelle séance d'intimidation et souvent de courses-poursuites.

2. Trouvez L’élément déclencheur

L'arrivée d'un nouveau chat, colocataire ou voisin intrusif, dans l'environnement est souvent l'élément déclencheur de tensions. Les chats sont des animaux territoriaux et « l'intrus » redistribue les cartes des territoires. Les femelles sont généralement plus tolérantes.

Ce partage du territoire peut avoir trois stades.

  1. Premières prises de contact qui se composent uniquement de manifestations de feulements, crachements, courses-poursuites… Peu à peu ces agressions diminuent et cessent. Chaque chat se replie sur son aire de vie.
  2. Le conflit territorial persiste. Le chat « agresseur » devient hypervigilant et envahit le territoire du chat « victime » qui se replie dans les champs d’isolement.
  3. Le stade d’obnubilation : le chat « agresseur » est obnubilé. Il passe son temps à surveiller le territoire. Il peut ne plus dormir, voire ne plus manger, et présente des signes d’anxiété. Le chat « victime » est en état d’anxiété permanent, voire dépressif.

3. Intervenez pendant la bagarre entre chats ?

Il est fortement déconseillé d'intervenir durant la bagarre et encore moins de tenter de séparer les chats. Dans le meilleur des cas, les chats sont dans une telle concentration qu’ils sont indifférents aux stimuli extérieurs. Même si vous les sépariez, il y a toutes les chances qu'ils remettent cela. Dans le pire des cas, vous risquez de vous faire blesser ou que l'un des chats retourne son agressivité contre vous.

De plus, certains comportementalistes estiment qu'une intervention extérieure empêche le règlement du conflit et peut être à l'origine de bagarres à répétition, voire de signes pathologiques d’anxiété.

4. Redéfinissez le territoire de chaque chat

Si ces chats sont les vôtres, aménagez-leur des espaces de vie séparés. Si les chats disposent d'un espace assez vaste, la cohabitation sans (trop) d'agressivité peut très bien se réaliser. Pour la faciliter, réaménagez leur zone de vie.

Prévoyez :

  • plusieurs lieux en hauteur ou arbres à chats ;
  • plusieurs litières ;
  • une place à chacun d'eux pour les repas ;
  • plusieurs griffoirs.

Bon à savoir : prévoyez toujours du matériel en surplus. Si vous avez deux chats, mettez à leur disposition 3 litières, 3 arbres à chat…

Les tensions entre chats vivant dans un lieu clos peuvent être accentuées par leur manque d'exercice, pensez à jouer avec vos chats, surtout en fin d'après-midi, à l'heure où ils sont naturellement le plus actif.

À noter : soyons clairs, si vous espérez faire vivre deux chats qui ne se supportent pas dans 25 m2, vous avez toutes les chances de courir à l'échec.

Astuce : il est possible de se procurer dans le commerce des diffuseurs de phéromones qui apaisent les conflits. Sachez qu'ils ne font pas l'unanimité mais rien ne vous empêche d'essayer. Ils ne seront de toute façon efficaces que si le territoire à se partager est correctement réaménagé.

Ces pros peuvent vous aider