Punir un chat

Sommaire

Contrairement au chien qui cherche à faire plaisir à son maître, le chat agit selon ses envies et ses besoins. Il ne peut pas se rendre compte si déterrer vos plantes ou griffer votre canapé est bien ou mal. Il s'agit donc de mettre en place certains interdits, sans pour autant créer de l'anxiété chez le chat. C'est là que se trouve toute la difficulté de la punition qu’il vous faudra alors savoir manier à bon escient et avec parcimonie. Voici quelques pistes pour parvenir à punir son chat avec justesse.

Zoom sur la punition du chat

Le chat peut avoir des comportements désagréables, dérangeants, voire destructeurs pour votre intérieur ou votre potager. Il est alors nécessaire de les enrayer au plus vite mais un monde d'interdits et de punitions devient vite anxiogène pour un chat qui n’a pas conscience de faire une bêtise.

Quand un chaton arrive dans sa nouvelle maison, tout lui est permis, il est si mignon ! On le laisse monter sur la table, voire lécher les assiettes, on le laisse mordiller la main… Ce sont des attitudes que l'on peut regretter dès qu'il prend de l’âge. Pour éviter d’avoir à le punir plus tard, ne le laissez pas prendre de mauvaises habitudes.

Dans tous les cas, une punition doit être faite au moment où l'animal commet la faute. Si on le punit après la bêtise, il y a peu de chance qu'il fasse le rapprochement. Cela risque, au contraire, de créer chez lui un sentiment de frustration.

À noter : si vous ne parvenez pas à vos fins, n'hésitez pas à en parler à un vétérinaire ou à un comportementaliste. Un petit rendez-vous vaut mieux que des années de lutte !

Important : si votre chat se met à changer brusquement de comportement, qu'il devient plus agressif ou qu'il urine hors de sa caisse, il s'agit probablement d'un problème de santé ou de comportement. Ne le punissez pas et parlez-en à un professionnel.

1. Abstenez-vous d'utiliser la violence

Le chat est un animal hypersensible qui peut rapidement devenir craintif. Il est donc totalement déconseillé de le frapper avec la main ou même avec un autre objet. Cela ne peut engendrer chez l'animal qu'un comportement de stress et d'inquiétude.

Certains comportementalistes n'excluent pas, cependant, l'utilisation d'une petite tape sur le nez du chaton (comportement utilisée par les chattes) pour corriger un jeune animal qui mordrait. La punition doit alors s'accompagner d'une mise à l'écart de quelques minutes du chaton, afin qu'il se calme.

Astuce : la simple mise à l'écart d'un chaton énervé ou agressif peut suffire à lui faire comprendre qu'il agit mal.

2. Faites du bruit

Les chats sont très sensibles au bruit. Si vous prenez votre chat sur le fait, faites-lui connaître votre désapprobation par un bruit qui le dérange.

  • Un « Non ! » ferme et définitif ou un coup de sifflet peuvent être efficaces et stopper la bêtise.
  • Certains chats sont très sensibles au feulement : si vous le pouvez, apprenez à feuler !
  • Un claquement de main ou le froissement d'un sac plastique ont aussi fait leurs preuves.

Répétez le bruit jusqu’à ce que le chat se décourage. S’il finit par s’y habituer, il faudra trouver comment le surprendre davantage.

3. Surprenez votre chat

Si votre chat répète un comportement qu'il ne doit pas récidiver, il va falloir vous tenir sur vos gardes pour le surprendre de manière désagréable.

Pour cela, munissez-vous d'un pistolet à eau, d'un spray ou d'une pompe à air, de type pompe à vélo.

Dès qu'il se met à gratter le canapé ou à grimper au rideau, agissez. Dans l'idéal, il ne faut pas que le chat sache d'où provient l'eau ou l'air (pas toujours facile). Il doit assimiler son comportement à quelque chose de systématiquement désagréable.

Soyez patient et inventif !

4. Secouez-le par la peau du cou

On lit souvent que la chatte punit ses chatons en les prenant par la peau du cou et en les soulevant un peu. Certains vétérinaires conseillent cette méthode totalement indolore, accompagnée d'un « Non ! » ferme lorsqu'un chaton fait une bêtise.

La prise au cou d'un chat adulte est plus compliquée et en aucun cas l'animal ne doit être soulevé.

À noter : cette méthode ne fait pas l'unanimité parmi les professionnels, sachez ne pas en abuser.

5. Détournez son attention

Dans tous les cas, gardez à l’esprit que le chat n'agit pas bien ou mal mais selon ses besoins. Si votre chat fait ses griffes sur le canapé, c'est que cela lui apporte du bien-être. Il faut donc le priver de canapé mais surtout pas l'empêcher de faire ses griffes.

Installez à côté du canapé un griffoir agrémenté d'herbe à chat : il devrait rapidement le préférer aux tissus d'ameublement.

Si votre chat monte au rideau, comblez son envie de grimper par un arbre à chat.

Ces pros peuvent vous aider