Comment adopter un chaton

Sommaire

Le chat est devenu depuis quelques années le compagnon préféré des Français. Pratiquement un tiers des foyers possède un chat ; on peut presque écrire que « chacun cherche son chat ». Mais ouvrir la porte de sa maison ou de son appartement à un chat ou un chaton n'est pas un événement anodin, il faut y songer à l'avance. Le chat, et a fortiori le chaton, trouvera plus facilement sa place dans une famille qui l'attend et qui a prévu son arrivée. Il est loin le temps où le petit félin n'était qu'un chasseur de souris. Aujourd'hui membre à part entière de la maisonnée, il demande de l'attention, du temps et il représente également un budget annuel qu'il ne faut pas négliger. Avant de vous lancer dans l'aventure d'une vie avec un chat, qui dans le meilleur des cas peut durer deux décennies, posez-vous les bonnes questions.

Cette fiche vous explique comment adopter un chaton.

Zoom sur le quotidien d'un propriétaire de chat

Un chat vit un quinzaine d'années en moyenne et il est de moins en moins rare qu'il atteigne 20 ans. Si vous prenez un chaton pour faire plaisir aux enfants, qu'en sera-t-il de leurs promesses de s'en occuper dans 10 ans ? N'oubliez pas qu'il faudra :

  • nettoyer la litière, voire les pipis sur le tapis ;
  • penser aux rappels des vaccins ;
  • prévoir les croquettes ;
  • accepter les griffures sur le canapé en cuir, malgré les dix grattoirs dans l'appartement ;
  • trouver un voisin pour le nourrir le temps de votre absence lors d'un long week-end imprévu ;
  • rempoter les plantes vertes qu'il s'ingéniera à déterrer ;
  • s'inquiéter toute la nuit pour ce chat qui joue encore les noctambules.

Si tout cela ne vous fait pas peur, alors vous êtes prêt à adopter un chat ou un chaton.

 

1. Prévoyez votre budget

Même si vous faites l’acquisition d'un chat de gouttière, il vous faudra engager des frais afin d'assurer à votre animal un minimum de confort. S'il est impossible d'évaluer le coût annuel de votre chat, quelques exemples de tarifs donnent une idée des principales dépenses à prévoir.

Prix de l'acquisition ou de l'adoption

Le prix d'achat s'échelonne de quelques euros pour un chat acheté à un particulier à 1 500 € pour un chat de race rare. Le coût d'une adoption dans une association varie entre 50 et 100 €.

Frais vétérinaires

  • Vaccins : comptez entre 120 et 150 € la première année puis des rappels tous les ans entre 60 à 80 €.
Lire l'article
  • Vermifuge : 20 à 40 € par an en moyenne.
  • Stérilisation : de 50 à 100 € pour un mâle et de 90 à 130 € pour une femelle (ovariectomie).
Lire l'article
  • Consultation vétérinaire : 30 à 40 €.
  • Puçage : 60 à 70 €.
  • Tatouage (hors anesthésie) : 30 à 70 €.
  • Assurance pour chat (non obligatoire) : 10 à 40 € par mois.

Budget pour la nourriture

Le coût dépend de la qualité de la nourriture que vous donnerez à votre chat. Pour les croquettes, aliment industriel le plus utilisé, prévoyez entre 50 et 70 grammes de croquettes par jour, soit entre 1,5 et 2 kilos par mois. Le prix du kilo varie entre 2 et 12 €.

Lire l'article

Dépenses liées aux accessoires

Il existe une grande variabilité de prix et de qualité dans la gamme des différents accessoires dont le chat a besoin :

  • On trouve des gamelles en plastique à partir de 1 ou 2 €, de simples bacs à litière d'une dizaine d'euros ou des maisons de toilette qui dépassent la centaine d'euros.
  • Le prix de la litière (silice, végétale ou minérale, agglomérante ou non, parfumée, colorée, etc.) varie entre 0,5 et 1 € le litre.
  • L'arbre à chat, si vous habitez en appartement, est un complément indispensable à l'équilibre de votre animal. Comptez une trentaine d'euros pour les petits modèles et plus de 250 euros pour les plus grands.
  • De nombreux types de boîtes ou de sacs de transport, de griffoirs, de brosses et de corbeilles ou de paniers sont disponibles sur le marché, vous n'aurez que l'embarras du choix.

Astuce : consultez les sites de petites annonces, il y a souvent de bonnes affaires.

Lire l'article

2. Vérifiez le temps et l'espace disponibles pour accueillir un chaton

Avez-vous du temps ?

On considère souvent que le chat est un animal solitaire qui se suffit à lui-même. S'il est plus indépendant que le chien, il n'en reste pas moins lié à ses maîtres. Il a donc besoin que l'on s'occupe de lui.

  • Si le chat a accès à l'extérieur, il montrera plus d'indépendance et sera moins attentif à vos allées et venues. Il se dépensera seul en jouant, en chassant ou au contact des autres chats. Cela ne l'empêchera pas de solliciter l'attention de ses maîtres avec qui il sera heureux de jouer.
  • S'il n'a pas accès à l'extérieur et qu'il passe une partie de ses journées seul, il sera évidemment plus demandeur d'interactions avec son ou ses maîtres. Vous devrez alors prendre du temps pour jouer avec lui, le caresser et accepter qu'il soit parfois envahissant.

Quel que soit son mode de vie, n'oubliez pas qu'il faut aussi prévoir un peu de temps quotidien pour nettoyer sa litière, le brosser régulièrement si son pelage l'exige et nettoyer ses gamelles, voire ses bêtises.

Quel espace de vie pouvez-vous lui offrir ?

Les chats peuvent vivre aussi bien en appartement que dans une grande maison avec jardin.

  • Dans le cas où il n'y a pas d'accès extérieur :

Les chats, s'ils sont habitués dès leur plus jeune âge, vivent très bien en appartement. Cependant, prévoyez un environnement stimulant. Il doit avoir accès aux fenêtres, voire à un balcon sécurisé pour pouvoir observer l’extérieur. Arbre à chat, jouets de toutes sortes et même une simple boîte en carton lui permettront de se défouler même dans quelques dizaines de mètres carrés. Il faudra en revanche faire particulièrement attention à son poids, les chats d'appartement ayant tendance à l'embonpoint.

  • Dans le cas où il a accès à l'extérieur :

Tous les chats cherchent à explorer en profondeur les territoires qui les entourent et ils en repoussent souvent les limites. C'est donc au maître de les fixer. Et ce n'est pas toujours facile. S'il peut être aisé de sécuriser une cour d'immeuble bien fermée, cela devient beaucoup plus difficile dans le cas d'un jardin qui s'ouvre sur la campagne. Accidents, pertes, mauvaises rencontres, les chats qui vivent à la campagne ont une durée de vie bien inférieure à ceux d'appartement. En ville, les automobiles, les chutes des fenêtres et des balcons, le fait de se perdre ou de se laisser enfermer sont quelques-uns des nombreux dangers encourus par les chats. Vérifiez quelle liberté vous souhaitez ou pouvez offrir à votre chat.

À noter : n'essayez pas de transformer un chat, voire même un chaton de plus de 3 mois, qui aurait vécu à la campagne en animal d'appartement. Il y a peu de chance qu'il s'habitue au manque d'ouverture sur l'extérieur.

3. Déterminez vos critères pour choisir votre chaton

Chaton ou chat adulte ?

Quoi de plus craquant qu'un chaton qui fait son entrée dans un foyer. Non seulement vous le verrez grandir, mais vous pourrez plus facilement l'habituer à votre style de vie, à vos déplacements, voire au mode de garde pendant les vacances.

  • Prévoyez de passer beaucoup de temps avec lui les premières semaines. Le chaton est espiègle et aventureux, surveillez-le de près.
  • Vérifiez en permanence les portes et les fenêtres de la maison, les portes de placards (surtout ceux qui contiennent des produits dangereux).
  • Faites attention à ce qu'il ne se cache pas dans la machine à laver, qu'il ne se coince pas derrière un meuble ou qu'il ne grignote pas les fils électriques.
  • Vous devrez lui apprendre les règles de la vie en communauté, l'utilisation de son bac à litière, l'interdiction des griffures et des morsures, et bien sûr nettoyer ses petits oublis. S'il est bien connu que les chats sont très agiles, les chatons se montrent particulièrement doués pour casser des bibelots. Les premières semaines, un chaton prend une place considérable dans un emploi du temps.

Le chat adulte connaît en général les règles de la maison et de la vie en société. La plupart des chats s'habituent bien à un nouveau foyer. Sachez être un peu patient s'il se montre timide les premières semaines. Laissez-lui le temps de prendre ses nouveaux repères dans la maison.

À noter : depuis le 1er janvier 2016, tout particulier qui fait naître une portée est considéré comme éleveur et doit se déclarer auprès de la Chambre d'agriculture et obtenir un numéro de Siren. Ainsi, toute personne qui vend un chat ou un chaton doit fournir avec l'animal une attestation de cession, un document d'information sur les caractéristiques et les besoins de l'animal, un certificat vétérinaire et le document d'identification de l'animal. Les animaux qui sont donnés répondent aux mêmes conditions, il n'est simplement pas nécessaire à l'éleveur de se déclarer et d'obtenir un numéro de Siren. En revanche, l'annonce doit clairement mentionner que l'animal est gratuit.

Chat ou chatte ?

La taille mise à part, le mâle étant plus grand que la femelle, il n'y a guère de différences de comportement entre les sexes. Pour les deux, la stérilisation, si vous ne désirez pas faire de reproduction, est très vivement conseillée. Les mâles non castrés ont tendance à marquer leur territoire, à vagabonder et à se battre avec les autres chats. Les femelles sont difficiles à maintenir à l'intérieur durant leur période de chaleur, elles miaulent en permanence, débordent d'affection et attirent tous les mâles du quartier.

Lire l'article

Race ou gouttière ?

C'est une décision très personnelle. En général, le choix d'une race particulière est dicté par l’apparence de l'animal, la tête tout en rondeur d'un shorthair, le côté sauvage d'un norvégien ou peluche d'un angora. Sachez cependant que les chats de race ont des traits de caractère qui leur sont propres, telle race apprécie un environnement plutôt calme, une autre vit plus difficilement en appartement… Certaines races demandent des attentions particulières, c'est le cas des chats à poils longs qui nécessitent un brossage quotidien. Renseignez-vous bien sur la race qui vous fait craquer.

Le choix d'un chat de gouttière est plus souvent celui du cœur et du hasard.

Lire l'article

4. Allez chercher votre chaton

Chez un particulier

Que vous contactiez un particulier suite à une annonce ou par relation, commencez par aller voir la portée avant de vous décider. Il est important de connaître le cadre dans lequel votre futur animal a évolué.

S'il s'agit d'un chaton, optez pour un animal qui a passé les deux premiers mois de sa vie en contact permanent avec des personnes. Observez comment il se comporte quand il est pris dans les bras. Est-il en confiance ? Les enfants peuvent-ils le caresser sans risque ? Vient-il vers vous ? Prenez le temps de la décision.

Chez un éleveur

La seule et unique solution si vous désirez avec certitude un chat de race conforme à vos attentes est de vous rendre chez un éleveur. Mieux vaut alors s'adresser aux clubs de race qui sont en mesure de trouver les chatons disponibles ou à venir. Vous trouverez leurs coordonnées sur le site du Livre officiel des origines félines (LOOF).

N'hésitez pas à vous rendre sur place pour voir les conditions d'élevage, choisir votre chaton et demander conseil à l'éleveur.

À noter : en cas de vente en ligne d'animaux de compagnie, le vendeur est tenu de publier sur son annonce 2 messages de sensibilisation et d'information des futurs acheteurs (arrêté du 28 juin 2023). Ces messages sont accessibles sur le site agriculture.gouv.fr dans leur totalité.

Au refuge

C'est le choix le plus généreux. Des milliers de chats attendent un foyer. Dans les refuges, les personnes qui s'en occupent connaissent bien les animaux, elles sauront vous conseiller sur le comportement de tel ou tel animal en fonction de votre style de vie.

Dans une animalerie

L'origine des animaux reste incertaine, les vendeurs sont là pour vendre et connaissent mal voire pas du tout les chats qu'ils proposent. Soyez vigilant sur l'origine et l'état de santé de l'animal, et sur les papiers fournis. Ces informations sont souvent difficiles à obtenir et à vérifier.

Attention aux achats coup de cœur.

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider